Benjamin Castaldi : annoncé aux commentaires de l'Euro 2024, son frère vit un véritable cauchemar

https://static.public.fr/wp-content/uploads/2024/06/ABACA_855148_021-1024x683.jpg

Ce lundi 17 juin 2024, l'équipe de France jouera son tout premier match dans le cadre de l'Euro 2024. Pour cette compétition européenne, la chaîne l'Equipe a mis en place un dispositif avec une flopée de chroniqueurs sportifs. 

Parmi eux, Giovanni Castaldi qui n'est autre que le frère de Benjamin Castaldi. Accusé d'être « pistonné » depuis le début de sa carrière de journaliste, il se confie aujourd'hui à Télé-Loisirs sur son quotidien.

Euro 2024 : la France favorite de la compétition ?

L'Euro 2024 se déroule à Düsseldorf en Allemagne. Lancée ce vendredi 14 juin 2024 avec une jolie cérémonie, la compétition démarre ce lundi 17 juin pour la France avec un match contre l'Autriche. Les Bleus devront ensuite affronter les Pays-Bas et la Pologne.Pour commenter ces rencontres, les équipes de chroniqueurs de TF1, M6, beIn Sports mais aussi l'Equipe. Chroniqueur au sein de l'équipe L'Equipe du soir, Giovanni Castaldi prend la parole à quelques heures du premier match de la France.Contre toute attente, le journaliste estime que la France n’est pas considérée comme l’équipe favorite pour remporter la coupe. « Je ne mets pas l’Equipe de France en grand favori parce que j’ai des incertitudes sur la défense. Je ne sais pas dans quelle mesure la drôle de saison qu’a vécu Kylian Mbappé avec le Paris Saint-Germainet son état de forme physique actuel, auront un impact sur les performances de l’équipe. Il a des douleurs au dos, une petite gêne au genou… ».

Giovanni Castaldi se confie sur son harcèlement

A 34 ans, Giovanni Castaldi souffre encore aujourd’hui de son nom de famille célèbre. « Le fait d’avoir un nom connu, ça doit faciliter certaines choses mais il y a aussi le revers de la médaille : les gens vous attendent plus au tournant. Au début, j’avais vraiment le sentiment de ne pas être légitime et que je devais trouver ma place. Mais je me mets à la place de n’importe quel autre journaliste » a-t-il révélé. Et d’ajouter : « On voit le « fils de » arriver dans une rédaction, on se dit : « Il est là parce que son père, parce que son frère… » Donc je pense que le climat de défiance est logique au début. Je le prenais un peu à coeur au début mais plus maintenant ». S’il a réussi à faire ses preuves, Givovanni Castaldi se désole de voir des internautes le salir encore et toujours. « Ce qui m’agace profondément, c’est quand je reçois cinquante messages d’insulte en me traitant de « pistonné ». Un brin agacé, il conclut : On peut être critiqué mais je préférais qu’on me dise : « Tu ne comprends rien au foot, tu es nul » plutôt que me ramener à mon nom. Surtout que mon père et mon frère n’ont rien à voir avec le sport, ni le journalisme, j’ai mené ma carrière de mon côté ».

×